Bulletin Magnificat n°147 – Automne 2019

Editorial / L’accueil de la vie est fondamental

Chers amis,
Le temps des vacances vient de s’achever et j’espère que ce fut pour vous une période de repos, de ressourcement et de joies familiales !
À Ligueil, trois bébés, Loïc, Aminata et Kayden sont venus agrandir la maisonnée et mettre du bonheur dans le cœur de leurs mamans et de toute la Maison.

Oui, l’accueil de la vie est fondamental et sachons le redire, surtout en cette période où les lois qui se préparent vont transformer les cadres de l’éthique, de la filiation, de la procréation et de la recherche sur l’embryon et nous amener vers le transhumanisme.
D’autre part, protéger la nature est vital et une vraie écologie commence par le respect de la vie. Magnificat, en accueillant et soutenant les jeunes mamans, particip e à ces beaux projets.
Merci encore, chers amis, de votre soutien et c’est avec vous que nous pouvons chanter…
…MAGNIFICAT !

Agnès Alibert

Vie de la maison de Laval

L’été fut chaud !

Comme partout, en France, l’été a été magnifique, mais vraiment chaud pour les femmes enceintes et les bébés !
Nous avons donc cherché des solutions pour que les mamans ne souffrent pas trop de la chaleur, et se sentent plus légères… Si vous trouvez qu’il est difficile de se mouvoir avec un ventre de femme enceinte, quittez votre canapé et direction… l’eau ! Nous en avons usé et abusé : des batailles d’eau aux virées à Saint-Malo, des baignades en piscine ou dans les étangs voisins aux balades en pédalos… Les bienfaits de l’eau et de la natation ont été multiples : nausées atténuées, jambes lourdes soulagées, muscles préservés… et pour les bébés, détente assurée !

Deo gratias !

Parmi les événements majeurs de cet été, nous garderons en mémoire le départ de Marine à qui Sandrine a succédé à la direction de la Maison. Ce fut une belle journée, préparée avec attention par l’équipe et les mamans : petits cadeaux « home made », chant inventé par toutes, barbecue avec les amis de la maison… nous avons été heureuses d’honorer Marine, de la remercier pour tout ce qu’elle nous a apporté. Encore merci, Marine !

Autres envols de la Maison… celui d’une maman qui était là depuis plus d’un an, partie s’installer avec son fiston ; celui de Laurence aussi, éducatrice ici depuis l’ouverture de notre Maison de Laval… Magnificat garde en son cœur tous ces passages, chacune aura forgé la Maison, quel que soit son statut : le rire de Laurence reste gravé dans les murs, la détermination de Keyla et le sourire de son petit prince aussi.

Une belle journée-souvenir ? Une virée au Mont Saint-Michel ! Paysages magnifiques, bol d’air revigorant, pique-nique et fous-rires…
Maintenant, les rentrées se font : reprises de formation, arrivées de mamans, projets nouveaux, regards aussi, la pause de l’été s’achève, l’équipe redémarre : redécouvrir les richesses de chacune, les aider à s’épanouir.
Accueillir la mère, accueillir l’enfant, accueillir la VIE. Le programme est toujours le même, il est toujours différent, il est le quotidien de Magnificat,
il n’est jamais routinier. Allez ! Hop, hop, hope ! Bonne rentrée à tous !

Un choix

Voilà sur quoi repose la vie des Maisons : un choix. En fait, non, plusieurs.
D’abord, le choix que toutes ces jeunes femmes ont en commun : mener leur grossesse à terme. Elles arrivent toutes à la maison avec le même choix au fond de leur cœur.
Ensuite, le choix de venir vivre, s’installer, dans une maison où elles décident de poser leurs valises pour une durée, le plus souvent, indéterminée. Ce choix est guidé par autant de raisons que de jeunes femmes accueillies. Le premier pas est un choix difficile, mais il est le plus souvent un soulagement qui permet à la maman de savoir qu’elle aura le temps et qu’elle ne sera pas
seule.
Même si elles ne choisissent pas les personnes avec qui elles vivent, elles choisissent la manière de créer leurs relations, elles choisissent ce qu’elles veulent partager ou non avec ces femmes avec qui elles découvrent par fois des points communs qu’elles ne soupçonnaient pas.
Arrivent, ensuite, les choix plus difficiles. Ceux qui permettent d’avancer, de construire, de cheminer : ces choix qui (elles le savent) détermineront leur vie future avec ce bébé qui est entré dans leur vie. Ces choix qui, par moments, paraîtront évidents mais qui, ensuite, pourront être des obstacles insurmontables. Ces choix qui les obligent à aller chercher au plus profond d’elles-mêmes
et qui pourront chambouler leur plan de départ. Ces choix changeront, évolueront et leur permettront de se poser les bonnes questions.
Une fois ces choix faits, il ne reste plus qu’à… choisir de les mettre en pratique ! C’est là que la vie de la Maison les aide ;
que ce soient les éducatrices ou les autres mamans : leur présence, leurs paroles (par fois toutes simples), leurs regards seront autant de renforts et de forces pour assumer ces choix :
LEURS CHOIX !
Une fois les choix mis en place et réalisés, il en reste un dernier : celui de partir, de quitter la maison. C’est encore un changement dans la vie qu’elles ont construite, par fois avec difficultés. Ce choix de partir est toujours accompagné par la Maison. Une chose est sûre, quand les mamans viennent à la Maison, elles font un choix qui va changer leur vie. Ce choix va aussi changer la vie de
toutes les personnes qu’elles croiseront à la Maison.
Leur vie, leurs regards, leurs paroles apporteront forcément quelque chose aux autres jeunes femmes et aux éducatrices. Magnificat, c’est ça : un choix pour changer des vies !

Laurence

Vie de la maison de Ligueil

Une rencontre d’amour

Oh Mon Dieu ! Je m’étais perdue dans un tourbillon de pensées lorsqu’on m’annonça ma grossesse à la clinique du quartier.
Fallait-il sourire, pleurer, sauter de joie, crier à pleins poumons : « Je suis enceinte la vie est belle ! » ?
Hélas je ne pouvais ni lire ni saisir mes émotions.
Sincèrement, à 38 ans, logiquement on est censée être prête à devenir maman ou on l’a déjà été. Ce n’est pas mon cas. Je me suis laissée aller comme une feuille au vent de la vie.
J’avais déjà avorté à 20 ans. Je n’allais pas encore refaire la même bavure ! À 20 ans, on peut se pardonner, se donner des raisons, mais à 38 ans, la conscience devrait logiquement avoir de la maturité ? Ou bien suis-je comme ces Peter Pan de l’existence, ces gens qui ne grandissent jamais dans leur tête, ces éternels enfants ? Franchement je ne sais pas, mais mon avortement m’avait causé tant de maux et de troubles intérieurs qu’il me fallait pleinement assumer cette maternité.

Je tenais à ma santé. C’est mon amour propre qui a pris le dessus. Je ne voulais aucunement replonger dans une spirale de remords et de regrets. J’ai ainsi décidé de laisser l’embryon s’épanouir en moi. J’étais en plein cœur de l’Afrique centrale depuis quatre mois. Je me la coulais douce et partageais d’agréables moments avec le père du futur bébé. J’avais quitté Paris : mon logement du 10ème arrondissement, mon boulot par amour pour lui. Tout allait bien, mais me savoir enceinte me rongeait considérablement. Cependant, les infrastructures médicales ne me permettaient plus de rester au soleil, j’ai pris la décision de rentrer sur Paris en période hivernale.

En arrivant, j’ai été hébergée chez un ami. Lorsqu’il a su que j’étais enceinte, il m’a fait comprendre que ce n’était plus possible de rester chez lui. À son avis, vivre avec une femme enceinte « c’est galère », surtout que je ne travaillais pas. Les finances devenaient de plus en plus basses. De Paris, je me suis retrouvée à Tours chez un membre de ma famille. Le logement étant trop petit, j’ai été dans l’obligation de chercher un foyer de femmes enceintes. J’ai fait mes recherches sur internet et je suis finalement tombée sur une Maison située à Ligueil : Magnificat – Accueillir La Vie. «Accueillir la vie», cela résonnait bien dans mon esprit. J’ai donc téléphoné afin d’avoir de plus amples informations. Ma première nuit passée dans ma nouvelle demeure m’a procuré une
paix intérieure. J’ai pu dormir avec le sentiment d’avoir une chambre à «moi», où je pouvais poser mes bagages (que je trimballais depuis mon retour d’Afrique)… Et, parmi ces bagages, il y avait mon ventre avec un embryon de quatre mois qui prenait de plus en plus de place dans mon existence. J’avais un nid tout chaud pour préparer sa venue, je mangeais convenablement sans me soucier du lendemain. Une nouvelle vie s’offrait à moi. J’apprenais à devenir mère à travers les autres mamans. D’ordinaire, je n’aime pas la présence des enfants mais, ici, je n’avais pas le choix : les cris, les pleurs, les responsabilités…
Bref, les mois qui s’écoulent ont permis à mon cœur de mûrir en bien. Souvent, il m’arrivait de parler à mon enfant flottant dans mon ventre… Puis, enfin, la poche des eaux s’est rompue, un jour
d’août, entraînant des douleurs à en mourir…
« Oh la la », me suis-je dit, « que c’est dur d’accueillir la vie dans ses bras ! ». Nous, les femmes, sommes des êtres extraordinaires !
Mon Fils est un don du ciel, une âme dont j’ai le devoir de prendre soin.
Je lui dis que son papa l’aime et que c’est un homme merveilleux. Il est chanceux d’avoir des parents comme nous. Et c’est la vérité car, un jour, il verra son père qui vit en Afrique et ça sera la
rencontre d’Amour. J’ai foi en cela car, en vérité, je n’ai pas fait un bébé toute seule. Son père devra par la suite prendre en main son rôle paternel.
Ainsi va la vie ! Mon fils Loïc est né et, ensemble, nous devons avancer.
C’est un nouveau départ.

Diana

Aminata a changé ma vie !

Je m’appelle Zora, je suis arrivée le 8 avril 2019 à la Maison Magnificat, j’étais enceinte de trois mois. La Maison m’a très bien accueillie et m’a permis de vivre pleinement ma grossesse.
Aminata est arrivée parmi nous le 11 septembre 2019. C’est la petite dernière de la Maison, tout le monde est ravi de cette petite fille et les autres mamans et les éducatrices disent que ma fille est très sage, qu’on ne l’entend pas trop pleurer !
Pour moi, Aminata a changé ma vie, et elle me rend plus responsable et heureuse ; elle me remplit de bonheur. Être maman est ce qui m’est arrivé de plus beau dans ma vie. Et la Maison m’aide beaucoup dans mon rôle de maman.

Zora

Dernière minute !

Nous sommes heureux de vous annoncer une troisième naissance en ce début d’automne ! C’est un petit garçon, Kayden, qui est en parfaite santé !
Notre Maison de Ligueil est désormais habitée par six bébés ! Ils apportent joie et bonheur à chacune mais, surtout, beaucoup d’émerveillement aux yeux de leur maman !

Asso active

Petite rétrospective

Dans notre dernier bulletin d’été, nous vous informions de la mise en oeuvre en mai 2019 d’une nouvelle campagne de crowfunding sur le site des Petites Pierres.
Celle-ci concernait un projet de réfection de la clôture et des portails de notre Maison d’Accueil Maternel de Ligueil.
À notre grande joie, au terme de 49 jours, la campagne s’est clôturée et a été financée à 100 %, pour un montant de 12 952 euros.
Un grand merci à tous les donateurs qui ont contribué par leur générosité à soutenir ce projet en un temps record ainsi qu’à l’ensemble de l’équipe des Petites Pierres qui nous soutient fidèlement depuis plusieurs années en abondant les dons de chaque bienfaiteur. Grâce à vous, les travaux de sécurisation de notre Maison ont donc pu être réalisés, en grande partie durant la période estivale ; à présent, nos mamans se trouvent ainsi bien protégées et se sentent comme dans un cocon à l’intérieur de la Maison.

En 2018, nous évoquions également des travaux à entreprendre sur l’escalier extérieur qui descend de la maison au jardin. Après plusieurs mois de travaux, il est presque terminé, permettant aux mamans et à leurs jeunes enfants d’accéder au jardin en toute sécurité. Nous tenons à remercier Monsieur Roland Boissé qui, depuis de longues années, gère et supervise le suivi des travaux à Ligueil et à Laval.

Enfin, nous sommes toujours très touchés par les délicates marques d’attention dans vos messages qui accompagnent vos dons et vos actions : nous remercions chaleureusement Marie de Javel, qui a organisé une vente à notre profit des bijoux Valeurs d’Antan, créés par Véronique Duplay.

Soyez tous vivement remerciés pour votre soutien !

Anne-Claire Gotte

Offrez un «toit de prière» à Magnificat !

Rejoignez la Fraternité de prière Magnificat : 135 personnes qui, depuis quatre ans, prient aux intentions de l’Association.
C’est très simple : tous les mois, vous recevez des intentions pour l’Association, les Maisons, les mamans et leurs bébés, l’équipe éducative…et vous les portez dans votre prière.
Magnificat est l’oeuvre de Dieu ! Remettons-Lui les projets, les désirs, les difficultés, les défis… Dans Sa Bienveillance et Sa Bonté, Il continue à nous guider.
Nous avons réellement besoin de votre soutien spirituel, pour poursuivre cette Mission dans l’Espérance, pour continuer l’Accueil de la Vie, «à la louange et à la gloire de Dieu Créateur qui aime la vie»
(Prière de St Jean-Paul II dans Evangelium Vitae).